top of page

Sophie 6ue le puy en velay, thérapie de couple le puy en velay,
relaxation le puy en velay,
sexologue haute loire, thérapie de couple haute loire, relaxation haute loire,
conseiller conjugal le puy en velay, conseiller conjugal haute loire,
Hypnose puy en velay, hypnose haute loire, hypnose france, hypnose auvergne, arreter de fumer, hypnotherapie le puy en velay, hypnotherapie haute loire, hypnotherapie auvergne, sophrologie le puy en velay, sophrologie haute loire, therapeute, psychologue le puy en velay, psychologue haute loire

  • Photo du rédacteurSophie Bakan

Couple : être heureux en restant soi-même

Etre en couple ne devrait jamais signifier de renoncer à être soi. Abandonner ses rêves personnels et professionnels pour assurer un quotidien de couple ou privilégier la carrière de l'autre est un chemin sinueux qui ne peut mener à long terme qu'à la frustration de s'être perdu dans le rôle de doublure au nom de l'amour... La prise de conscience est douloureuse, les conséquences dramatiques. Heureusement, avec un peu de vigilance et de communication, il est possible de ne pas tomber dans ces travers, et de ne pas faire du partenaire le principal instrument de notre propre épanouissement personnel qui porterai toutes nos attentes, conscientes ou inconscientes.

Mignon n'est-ce pas ? Alors comment fait-on pour rester soi dans ce couple ? Cela signifie t'il faire ce que je veux quand je veux ? Evidemment non (restez célibataire si c'est ainsi que vous souhaitez vivre ).






Quelques ajustements sont nécessaires pour rester soi-même et atteindre cet équilibre délicat entre respect de chacun des partenaires et vie de couple.

Pour soi-même tout d'abord, il y a quatre peurs à dépasser pour parvenir à cette harmonie.

La peur de l’abandon. Elle fait écho à une séparation originelle, vécue ou imaginée, un problème d'attachement, que l’on ne souhaite inconsciemment pas revivre. Cette peur suscite le sentiment de n'être pas suffisamment bien pour l’autre. La peur de l'abandon peut parfois pousser à torpiller une relation pour ne pas risquer d’être abandonné.

 

La peur de la fusion. Avoir peur d'être fusionnel, c’est penser que l’amour nécessite de se perde soi-même ou d'avoir à renoncer à une part de soi pour l’autre. La fusion avec l’autre entraînerait à la confusion avec soi-même. Autant dire droit dans le mur.

 

La peur de l'engagement. La femme ou l'homme qui a peur de s’engager a l’impression que dire oui à un projet commun qui l’impliquerai ad vitam aeternam. Comme renoncer au temps de l'enfance et de toutes ses illusions, accepter d'être adulte.

Cette perspective très angoissante entraîne alors un blocage qui détruit le couple, parfois jusqu'à la rupture amoureuse.

 

La peur de l’amour. C’est la peur mère de toutes les autres, car elle les recueille toutes : la peur d’être abandonné, de se perdre dans l’autre, de l’engagement… Se détacher de cette peur, c’est délaisser nos doutes pour être vraiment soi avec l’autre. Merveilleux.

 

J'insiste VRAIMENT sur ce point, être en couple ne signifie en aucun cas se départir de son identité ni annihiler ses idéaux de vie. Etre en couple, c'est avant toute chose se rendre heureux soi-même pour offrir ce bonheur à l'autre

 

Maintenant que l'on connait l'importance de l'équilibre personnel, il est essentiel de considérer les aspects de vie de couple. Chacun des partenaires doit faire face à ses propres ses remises en questions personnelles comme professionnelles mais également ses envies, ses problèmes, ses peurs... Il est donc concevable que certains couples n’arrivent pas à tenir sur le long terme. Il y a dans chaque relation un caractère aléatoire, connexe à l’envie personnelle de chacun qui peut évoluer dans le temps. Rien ne permet donc d'assurer la pérennité du couple.

Malgré tout, il existe des facteurs communs chez les couples qui durent. Il apparaît évident  que les couples solidaires s'en sortent mieux que ceux qui sont composés de personnes individualistes. Si un seul des partenaires priorise l’individualité à son couple, le couple n’est plus un binôme. Les couples qui surmontent les difficultés sont ceux qui se considèrent réellement comme des partenaires et qui positionnent le couple au centre de leur vie. Plus qu'une simple  notion de sentiment, c’est la détermination d'avancer main dans la main dans une direction commune et de s’entraider qui pose des bases saines.

L’empathie est primordiale. Prendre en considération ce que pense et ce que ressent votre partenaire. Quelles sont ses préoccupations ? Qu’est-ce qu’il aime ? Qu'est-ce qui le motive? Est-ce qu’il se sent bien dans notre couple ou est-il avec moi par habitude ?

Il est important d'être vigilant aux pensées et ressentis votre partenaire pour contrer la routine et éviter le jour où votre complice vous annoncera qu'il/elle ne vous aime plus, qu'il/elle part ou pire, qu'il/elle a trouvé quelqu'un d’autre. Vous n'avez rien vu venir ? Pourtant, vous avez oublié d'être sincèrement attentif, vous vous attendiez à quoi au juste ?

Oui, c’est ce qui arrive aux couples qui sont ensemble depuis longtemps et qui ne font plus attention l’un à l’autre.

Dans un couple, il ne peut y avoir ni jeu de pouvoir ni de domination. Aucun des partenaires ne prend les décisions pour deux, On parle, on échange, on négocie mais chacun est au même niveau. Si j’ai une décision à prendre qui est susceptible d'avoir de l'impact sur notre couple, j'en parle avant de me décider.

Tout le monde sait qu'une des bases d'une relation harmonieuse est la communication. Mais bien communiquer, ce n’est pas juste dire des choses, c’est véhiculer un message à notre partenaire, un message qui doit être suffisamment clair pour qu'il le comprenne et qu'il n'ai pas à l'interpréter, qui ne doit pas être reçu tel un reproche ou une critique mais plutôt comme un message honnête de l'être aimé. Bien communiquer, c'est mieux se comprendre, dénouer ensemble les difficultés que l’on rencontre inéluctablement dans le couple. Parlez, éliminez les non-dits et les malentendus. Ne laissez pas s'installer un manque de communication pour balancer des reproches à votre partenaire plus tard.

De plus, la compétition n'a pas sa place dans le couple, l'amour n'est pas une confrontation avec un perdant et un gagnant. Je suis avec toi et je suis là pour toi, rien d'autre ne peut mener à l'épanouissement. L’amour est un état d’esprit, ce n’est pas un objectif. Je suis en couple avec toi car je t'aime, je n'ai pas besoin de ton amour, mais j'ai envie de partager cet amour avec toi.


Vous n'êtes plus seul, vous serez certainement des compromis à faire. Ce mot vous fait peur ? Attention le compromis ne doit en aucun cas être comme une frustration mais bel et bien comme une preuve d’amour et de non égoïsme. Ni perdant, ni gagnant ( je sais, je l'ai déjà dis, mais c'est essentiel ). Evidemment, on avance en équipe, et c'est l’équipe qui gagne. On coopère, on est des partenaires, au sens propre. En cas de problème, on ne fait pas de reproches, on ne boude pas, on ne cherche pas le conflit, on s'exprime, on communique simplement pour dissoudre ce malaise. Il y a toujours une solution. TOUJOURS.


"S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème "[Jacques Rouxel]


​Un couple qui dure traverse les épreuves de la vie tout en permettant à chacun des partenaires de grandir et de s'épanouir personnellement. Etre en couple ne signifie pas se perdre dans ce couple. Je prends en considération les besoins de l'autre mais je n'oublie jamais les miens. L'équilibre permet à deux êtres qui s'aiment d'être pleinement soi à chaque instant et de vivre une relation épanouie, sincère et durable.


Comments


bottom of page